Navigation rapide

Sports d'hiver

Gymnastique

Origine et historique de la gymnastique

Les origines de la gymnastique artistique remontent à l’Antiquité comme en témoignent les illustrations d’œuvres d’art provenant de la Crète minoenne. Sur ces oeuvres, parmi les divers exercices de sport figurent les culbutes («kivistima») et les acrobaties sur taureaux («tavrokathapsia»). Ces culbutes ne sont rien d’autres qu’une forme d’acrobatie. De jeunes hommes, les acrobates vêtus de manière voyante, exécutent à plusieurs reprises des mouvements acrobatiques effectués de surcroît entre des épées. Les acrobaties sur taureaux sont l’évolution de la culbute où l’athlète saisissant le taureau par les cornes dans sa course, décrit un cercle en l’air avec son corps, se tient debout sur l’échine du taureau pour enfin atterrir au sol.

La gymnastique artistique depuis l’époque des «culbutes» jusqu’à nos jours est devenue l’une des compétitions les plus populaires.

L’histoire de la gymnastique artistique contemporaine est étroitement liée aux Allemands GutsMuths et Frederick-Ludwig Jahn qui au XVIIIe siècle ont redécouvert ce genre de compétition et l’ont fait évoluer. D’ailleurs on attribue l’invention de la barre fixe et des barres parallèles à Frederick-Ludwig Jhan qui a également créé le système allemand de gymnastique, lequel contrairement au système suédois utilisé à l’époque, supposait l’utilisation d’engins.

Après l’Europe, la gymnastique artistique s’est répandue au Canada où elle s’est fortement développée.

La gymnastique a joué un rôle important dans l’histoire de l’athlétisme de la Grèce. La forme compétitive de ce sport est apparue pour la première fois à la fin de l’année 1880 en Grèce. L'année 1881 a vu la création de la Fédération internationale de gymnastique (FIG), l’une des Fédérations internationales les plus anciennes et les plus importantes comprenant aujourd’hui 125 pays membres. Depuis 1897 les compétitions de gymnastique en Grèce se déroulent sous l’égide de l’Union hellénique des Associations sportives de gymnastique (SEGAS). Après une période de latence, la gymnastique réapparut dans ce pays à la fin de 1960. En 1997, la Fédération hellénique de gymnastique a été fondée et ainsi la gymnastique, en tant que sport, est devenue indépendante de la SEGAS. Aujourd’hui la Fédération hellénique de gymnastique est un membre actif de la Fédération internationale de gymnastique (FIG) avec environ 200 clubs affiliés et 2.500 gymnastes.

La gymnastique artistique masculine a été admise pour la première fois au programme des Jeux Olympiques de 1896, tandis que les femmes y ont participé pour la première fois en 1928. Aux Jeux Olympiques d’Athènes de 1896, des gymnastes venant de cinq pays étaient en compétition avec six engins différents de ceux d’aujourd’hui à savoir :

•    la barre fixe

•    les barres parallèles

•    le cheval d’arçons

•    les anneaux

•    le saut de cheval

•    la montée à la corde

 

Le programme des hommes a commencé à prendre forme en 1936 et comprenait des exercices libres (exercices au sol), le cheval latéral (aujourd’hui cheval d’arçons), les anneaux, les barres parallèles, la barre fixe et le saut de cheval alors que le programme des femmes a été introduit pour la première fois aux Jeux Olympiques de 1952 et comprenait le saut de cheval, les barres asymétriques, la poutre et les exercices au sol.

En 1931 s’est tenu le 1er Championnat du monde masculin et en 1970 le 1er Championnat panhellénique.

La gymnastique artistique a connu un énorme succès en 1968 au Mexique grâce à Vera Tsaslavska et en 1972 à Monaco grâce à Olga Korbut. Cependant, ce sport a atteint incontestablement un niveau élevé d’esthétique et de perfection avec la gymnaste roumaine Nadia Comaneci, qui, lors des Jeux Olympiques de 1976 à Montréal a reçu pour la première fois dans l’histoire des Jeux la note parfaite de 10.

 

La gymnastique rythmique

L’apparition de la gymnastique rythmique a lieu à la fin du XIXe siècle alors qu’une tendance novatrice en gymnastique fleurit grâce à de nouvelles idées qui se développent et concernent l’expression du mouvement et la culture du rythme encouragées par Noverre, Delsarte, Bode et Jacques Dalcroze. De grandes personnalités avec à leur tête Isidora Duncan, ont fait tomber des dogmes et créé de nouvelles formes de mouvement, développant l’art à travers le sport.

La gymnastique rythmique apparaît initialement dans l’ex–Union Soviétique dans les années 40, en tant que sport de compétition. C’est à ce titre qu’elle a été reconnue par la Fédération internationale de gymnastique en 1961 et le premier Championnat mondial de gymnastique rythmique a été organisé en 1963 à Budapest. Les compétitions d'ensemble ont été intégrées au programme du Championnat du monde de Copenhague en 1967.

La gymnastique rythmique a fait sont entrée en tant que sport officiel olympique au programme des Jeux Olympiques de 1984, alors que les compétitions d'ensemble sont apparues 12 ans plus tard en 1996 aux Jeux Olympiques d’Atlanta.

Le trampoline

C'est en 1900 que l'utilisation du trampoline a commencé à se propager largement. À la même époque, à l'Université d’Iowa, Larry Griswold conçut un programme de compétitions qui comprenait des sauts de trampoline. Il fabriqua un trampoline et rassembla des athlètes de la gymnastique aux engins. Parmi eux il y avait Georges Nissen, professeur de gymnastique américain. Griswold écrivit également le premier livre sur le trampoline. Il s'agit d'une étude concernant l'utilisation de l'engin et l'adresse que l'on peut y développer. Cela constitua un grand pas en avant pour l'organisation et la reconnaissance du trampoline comme sport et non comme spectacle.

Georges Nissen a fondé la première société de production de trampolines. Il les fabriquait dans un but pédagogique puisqu'il fournissait universités et écoles, mais également l'armée américaine qui les utilisait pour l'éducation des pilotes pendant la seconde guerre mondiale.

Cette nouvelle activité fit son apparition en Europe dans les années 50 sous la direction et l'influence de Georges Nissen et de Kurt Baechler. En 1964, la Fédération internationale de trampoline (FIT) fut fondée et la même année le premier Championnat du Monde organisé à Londres.

La reconnaissance officielle de la Fédération internationale de trampoline par le Comité Olympique International eut lieu en 1988. En janvier 1999, la FIT s'unit à la Fédération internationale de gymnastique.

Le trampoline fut admis au programme des Jeux Olympiques pour la première fois à Sydney en 2000, où se déroulèrent des compétitions individuelles hommes et femmes.

Au niveau international des organisations, le trampoline comprend les compétitions suivantes : trampoline synchronisé, double mini trampoline et tumbling.

 

Pour plus d’information :

Fédération de gymnastique du Québec

Annexe